Professionnels du bâtiment, ce qu’il faut connaître sur l’impact de la réforme PTZ

Professionnels du bâtiment, ce qu’il faut connaître sur l’impact de la réforme PTZ

Selon les sondages, 1 Français sur 5 rêve de devenir propriétaire mais beaucoup de futurs acquéreurs se posent la question sur l’état du marché immobilier en France. En effet, depuis l’adoption de nouveaux règlements qui régissent le dispositif lié au prêt à taux zéro, les professionnels du bâtiment ont enregistré un recul des mises en chantier. Ces derniers réclament le retour vers le dispositif à ses débuts, et cela afin d’amplifier le nombre de bénéficiaires. Essayons de découvrir ensemble les corrections qui doivent être apportées pour palier à ce recul que le marché rencontre actuellement.

Une augmentation de la quotité dans les zones B2 et C

Le dispositif PTZ avait connu une réforme au cours de l’année dernière, et cela voté à l’unanimité par le gouvernement. On peut dire que cette réforme n’avait en aucun cas apporté du regain pour le marché immobilier ; et c’est qu’affirme la Fédération française des constructeurs de maisons individuelles. La fédération explique que le montant du prêt gratuit avait été limité à 20% du montant investi dans la construction. Cette limite n’agit pas en faveur du marché. Ainsi, le nombre de personnes qui souhaitent investir dans le neuf a largement diminué dans les zones B2 et C, appelées également les zones de détendues.

Le président de la Fédération qui regroupe les constructeurs immobiliers français avait affimée  que si le prêt gratuit avec une quotité appropriée dans ces zones revient à la normale, cela constituera une bouffée d’oxygène pour les entreprises de constructions. Comme les gens veulent acheter du neuf, cette action permet aux entreprises de préserver des emplois et d’éviter le licenciement. Cette décision ne sera pas bénéfique au secteur privé uniquement, l’Etat pourra aussi tirer sa part du gâteau grâce aux taxes et différents impôts obtenus grâce à ces activités.  Une décision qui mérite donc réflexion surtout pour faire face à la pénurie du logement et à l’augmentation du taux de chômage pendant ces périodes de crise.

Le marché du neuf se porte mal, un impact négatif de ces nouvelles lois de réforme

Pour l’achat d’un bien immobilier ancien, le prolongement du prêt à taux zéro s’étend jusqu’en 2022, ce qui en fait des heureux. Effectivement, cela se présente telle une aubaine pour les particuliers qui souhaitent devenir propriétaire sans devoir se ruiner. En plus, certains organismes donnent la possibilité d’acquérir un credit de travaux sur 120 mois. Cependant, cette réforme ne présente que des avantages, il faut aussi noter ses revers qui touche de plein fouet l’immobilier neuf.

Le premier changement pour l’investissement dans le neuf à l’aide du PTZ demeure au niveau de la durée du crédit. Suite aux nouvelles lois, de dernier n’était plus effectif à partir de 2020. Vienne ensuite le nombre de bénéficiaires qui avait été revue à la baisse, notamment de 33%. Pour finir, il y a le montant du prêt qui ne doit pas excédé les 20% dans les zones étendues et 40% dans les zones tendues. Les premières répercusions de cette décision avaient été enregistré en 2018 avec un récul de moins 35% du marché du neuf. Le marché de l’ancien n’en est pas moins épargné avec une baisse de 21%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *